Plus

Porsche Taycan 4S – e-sports

2. novembre 2022

Temps de lecture: minutes

Porsche Taycan 4S – e-sports

Michael Lusk

Michael Lusk

Partagez cet article
Facebook
Twitter

Avec la Taycan, Porsche se lance à son tour dans le siècle de mobilité électrique Pourtant, la berline à quatre portes est plus sportive qu’électrique.

La Porsche Taycan 4S en chiffre:

  • Moteur: machine synchrone à excitation permanente, 79,2 KWh avec 530 ch/640 Nm
  • Transmission: quatre roues motrices
  • Boîte de vitesses: automatique à 2 rapports
  • Performances: 0-100 km/h 4,0 s, pointe 250 km/h
  • Poids et chargement: 4.963 × 1.966 × 1.379 mm, poids 2.215 kg, coffre à bagages 81 litres (avant), 407 litres (arrière)
  • Consommation/autonomie: usine 24,6 kWh/100 km (333-407 km d’autonomie)
  • Prix du modèle testé: CHF 169.260.-
  • Prix de base: à partir de CHF 135.700.-
  • Modèles concurrents: Tesla Model S, Mercedes-Benz EQC, Audi E-Tron
  • État: 07.10.2020

Qui aime la Porsche Taycan ?

La Porsche Taycan est la voiture idéale pour quiconque voulant rouler en mode purement électrique, qui n’aime pas seulement rouler tout droit mais aime la conduite sportive sur les routes sinueuses.

Des émotions plutôt que des émissions

Pour la plupart des voitures électriques, l’environnement et les coûts sont au centre des préoccupations. Elles doivent rouler sans émissions locales tout en coûtant moins cher au kilomètre. Chez Porsche, c’est différent : la Taycan le fait certes mais au fond de son âme, c’est une berline sportive – simplement électrique au lieu de rouler classiquement à l’essence. Deux machines synchrones à excitation permanente assurent la propulsion. Et comment : la Taycan développe 530 ch dès la version de base, ce qui lui permet de passer de 0 à 100 km/h en 4,0 secondes. Elle ne s’essouffle qu’à 250 km/h.

Un furet des routes silencieux

Tout le monde sait que les voitures électriques sont rapides au feu rouge. Mais la Taycan est aussi et surtout à l’aise dans les virages. Son poids à vide de plus de 2,2 tonnes ne se fait alors pas sentir. Le centre de gravité est très bas, notamment en raison des batteries installées dans le soubassement et grâce à la traction arrière, elle s’exprime de façon nettement plus comprimée dans les virages. Une nouveauté pour les voitures électriques : la boîte automatique à deux vitesses. Elle permet à la Taycan d’accélérer vigoureusement sur l’autoroute, même au-delà de 100 km/h par exemple. Les freins sont robustes, mais avec ses 2,2 tonnes, elle reste une voiture lourde.

Un look racé

Déjà à l’arrêt, la Taycan est clairement reconnaissable comme une Porsche, bien qu’elle se distingue assez nettement de la 911 ou de la Panamera. Sa taille n’est pas visible au premier coup d’œil et, avec un coefficient CW de 0,22, elle est extrêmement aérodynamique. À l’intérieur aussi, la Taycan est clairement une Porsche. Le cockpit est entièrement numérique. Il est en outre doté de la molette au volant typique de la marque, permettant de sélectionner différents modes de conduite. Autre point positif : comme les batteries sont installées en bas de caisse, la Taycan dispose de deux coffres à bagages d’un volume de chargement total de près de 500 litres.

Un rugissement unique

Dans le mode « Sport Plus », le plus vif, la Taycan ne réagit pas seulement plus vite aux commandes de l’accélérateur, elle s’accroupit encore plus au-dessus de l’asphalte. La voiture électrique se débarrasse alors de sa retenue acoustique et produit un son futuriste qui rappelle un peu Dark Vador ou Star Wars. En tout cas, ce faisant, elle fait sourire chaque conducteur Enfin, la Taycan 4S n’est pas bon marché. Au moins 135.700 francs dans la version de base et dans notre cas, avec quelques options, même 169.260 francs.

Ce qui nous plaît le plus

La Taycan est et reste une Porsche – elle offre encore plus de plaisir de conduite que sa sœur Panamera. De plus, elle a l’air plus fraîche et plus racée et elle est plus efficace et plus écologique.

Ce qui nous plaît moins

Excellente en plaine et en montée mais le poids à vide élevé se fait sentir en descente et lors du freinage. De plus, elle est très chère, surtout avec certaines options comme notre voiture de test.

Michael Lusk

Michael Lusk

Partagez cet article
Share on Facebook
Tweet on Twitter
Contenu de cet article

Articles connexes

Contenu de cet article